© Femmes en Cinéma • 2017-2019

  • Facebook App Icon
picto-email-p5.png

Femmes en Cinéma est un festival qui donne à voir non seulement des films réalisés par des femmes talentueuses du monde entier, documentaire, fiction ou animation, mais aussi des films dont les personnages féminins échappent aux stéréotypes de l’éternelle jeune première. Si les films réalisés par les femmes sont plus visibles qu’il y a 30 ans, si elles sont aujourd’hui aussi nombreuses que les hommes dans les écoles de cinéma et dans les écoles d’art en général, les réalisatrices ne sont que 14% en 2015(1) à voir sortir leur film en salle.

 

Pour remédier à ce manque de valorisation et de visibilité, des festivals et des manifestations dans le monde se sont crées autour d’œuvres de femmes, parmi eux, le pionnier en France, le Festival de Film de Femmes de Créteil.
 

C’est également le sens de Femmes en Cinéma, première édition parisienne qui s’attachera à faire découvrir l’extraordinaire détermination, travail et témérité des femmes du début du cinéma, puisque le premier film parlant a été réalisé par Alice Guy Blaché (1873-1968). Nous aurons le plaisir d’accueillir le film d’Emmanuelle Gaume Elle s’appelle Alice, interprété par Alexandra Lamy, un documentaire-fiction qui retrace la vie d’Alice Guy réalisatrice-productrice hors pair, avec à l’appui d’images d’archives, une exposition inédite composée de photographies de tournages du début du siècle dernier, des articles des presse de l’époque, de vraies pépites, rarement exposées au public. C’est aussi le propos de Julia et Clara Kuperberg dans le film  Et la Femme créa Hollywood dimanche 26 février qui évoquera la place des femmes au tout début d’Hollywood, où elles étaient les actrices, réalisatrices, productrices les plus puissantes, on est dans les années 1910. Cette journée s’inscrit dans le cadre d‘une journée sur le matrimoine cinématographique, une après-midi très riche sur l’histoire des femmes au cinéma en partenariat avec le Collectif HF île-de-France, Collectif National pour l’Égalité dans les Arts et la Culture.
 

Les problématiques liées à la condition des femmes dans le monde seront bien présentes, en Inde, en Turquie, au Yémen, où nous aurons le plaisir d’accueillir la première femme réalisatrice et productrice du Yémen, Khadija Al-Salami avec son film Nojoom, 10 Ans, Divorcée. Des films qui soulèvent aussi des questions politiques plus larges avec l’avant-première parisienne du film Angry Inuk d’une réalisatrice du Grand Nord, Althena Arnaquq-Baril, sur la question de la tradition inuit liée à la pêche aux phoques. Where  to Miss ? film qui souligne la question de l’indépendance des femmes en Inde. Terre de Roses qui évoque le désert du Kurdistan, où les guerilleras kurdes du PKK nous dévoilent leur

quotidien, ces femmes révolutionnaires qui combattent Daech, en nous révélant, sans détour, leurs réflexions et leurs idéaux.
 

Attachées au cinéma d’animation et aux réalisatrices d’aujourd’hui, nous ne nous priverons pas de quelques films

très érotiques et non sans humour, comme celui de Joanna Quin, Girls Night Out avec son style très débridé et

jouissif !

Ce sera l’occasion de faire un focus sur une école d’animation française, l’École Supérieure des Métiers

Artistiques, (l’ESMA Toulouse-Montpellier), avec des films courts réalisés par des équipes mixtes, mettant en

scène des personnages féminins contemporains, subtils de toutes les générations.
 

Un programme très dense qui promet une vraie diversité de films. Ces trois jours s’annoncent farouchement

féminins, audacieux avec cette exigence compatible avec le genre, celle de la qualité des œuvres !
 

 

 

Sonja JOSSIFORT

Programmatrice

 

(1)  Chiffres  « Où sont les femmes ? Toujours pas là ». Bilan 2012-2017 SACD.